Témoignage Lina

Publié le par une-vie-entre-parentheses.over-blog.fr

Un  jour lors d’un contrôle médicale banale j’apprends que j’ai le cancer du sein.

Mince que je me suis dis il aurait pu attendre un peu celui là.

Puis j’ai eu l’impression de rentrer dans un tunnel, un long tunnel et malgré ma peur du noir je décide de le traverser jusqu’à ce que je vois à nouveau briller le soleil.

Il est vraiment long ce tunnel, il y fait froid, noir, il n’y a que des ombres pour donner un peu d’espoir, des ombres qui dansent qui jouent et qui vous défie.

Alors pour avoir un peu de lumière j’ai créé un médaillon sur une face j’ai mis une rose car la rose c’est ma fille, sur l’autre face c’est une colombe qui vole avec allégresse c’est pour mes fils qui ont du mal à trouver leur envol dans la vie, puis lorsqu’on ouvre le médaillon il y a ma grand mère, ils sont tous sur mon coeur et ils sont ma lumière.

Les souvenirs les plus inattendus reviennent des souvenirs que je croyais oublié, de drôles de rêves viennent vous réveiller d’ailleurs, je ne peux m’empêcher de sourire et de vous raconter cette anedocte sur mes chats.

Car ils comprennent, ils viennent se coucher contre moi pour me rassurer et croyez le ou pas ils me calme le feu que je sens sur ma peau.

Je prie et je demande à grand mère de me protéger de la souffrance et de l’acharnement thérapeutique que si le cancer devait évoluer et que si j’avais fini ma mission sur terre qu’elle me guide pour rejoindre ma famille.

je fait un rêve vraiment bizarre.

J’étais dans le jardin de ma grand mère et elle était encore vivante il y avait des fleurs des glaïeuls, des lys, des marguerites et des roses bleus noirs et rouges.

J’ai cueillis les fleurs pour ma grand mère que j’ai mis dans un vase, mais elle a pas aimé ma composition et elle a recommencé avec un autre style en ajoutant des fleurs que je ne connaissais pas.

Il y avait ma tante et tout le monde mangeaient c’était grand mère qui recevait ma tante me donnait des nouvelles de mes cousins sauf de mon oncle qui est décédé.

Il y avait une autre tante que je connaissais dans mon rêve mais que en réalité je ne connais pas pourtant dans mon rêve je lui disais tu.

je ne sais pas si cette nuit là, c’est une réponse une réponse que j’ai eu.

Un matin en attentant mon tour pour la consultation avec le médecin une dame m’a fait un sourire je lui ai rendue son sourire, elle avait apporté de la couture car il y a une longue file d’attente, moi j’avais mon mp3 mais comme je n’avais pas envie d’écouter, je regardais machinalement une revue.

Puis cette dame est venue s’assoir à coté de moi et m’a parlé.

Je comprenais très mal ce qu’elle me disait aussi je me suis tournée pour me mettre face à elle et à mon regard elle a comprit que je n’avais pas compris ce qu’elle me disait.

Cette dame était sourde donc lorsqu’elle parlait les sons étaient différents, mais nous avons pu nous comprendre et même à papoter !

C’était assez drôle comme situation car je ne connais pas le langage des signes.

Nous avons parlé de son mari qui est sourd et de son fils qui lui entend bien.

Moi je lui ai montré mon médaillon et je lui ai expliqué.

Elle me disait qu’elle était croyante et que lorsqu’elle a commencé les rayons pour son cancer elle à prié et qu’elle a commencé à un peu entendre pas beaucoup mais un peu d’une oreille.

Son mari ne l’avait pas cru aussi il avait tapé une cuillère contre un verre et elle c’était retournée, son mari avait été stupéfait et à bien du admettre qu’elle entendait, même le médecin n’en revenait pas.

Elle m’a expliqué aussi qu’elle n’avait pas d’odorat et qu’elle a senti que son fils fumait le gamin a du avouer mais il était surtout surprit qu’elle sente les odeurs.

Comme elle m’a dit elle ne sait pas si cela vient des rayons, personne n’a su lui donner une explication.

Le plus risible c’est que forcément elle parlait fort et tout le monde suivait nos débats assez comique faut l’avouer car nous faisions autant de gestes que de paroles aussi j’avais des regards de personnes qui semblaient gêner et d’autres qui trouvaient cela sympa.

Vous savez ceux qui étaient gêner étaient là pour la même raison que nous pour combattre le cancer.

La différence est mal accepté, voila ce que j’ai pensé.

Pas à pas j’avance dans ce tunnel, je ne vois pas encore la lumière du jour pointer le bout de son nez.

Valse du temps les pensées dans ma tête oscillent en flash, qui s’entrainent, s’enchainent entre le passé le présent compliquant la compilation du futur.

Je pense à tonton René qui est partit au ciel rejoindre les autres membres de ma famille.

Sacré tonton c’était quelqu’un !

Tout petit il faisait déjà les quatre cent coups en tenant tête à ses parents.

Il fallait le voir, car il faut bien le reconnaître, il était pas facile comme enfant.

Lorsqu’il était adolescents il était grand et fort pour son âge et il ne fallait pas le chercher car il s’énervait très facilement, jamais après moi, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs, je suppose qu’il devait avoir peur de me casser vu que j’étais très menue.

Les années ont passées, tonton est devenu un.

( selon son expression )

Un gueulard de bière et l’alcool aidant un bagarreur notoire, il était toujours habillé d’un blouson noir en cuir, jeans, bottes pointus comme les motards et ils avaient des tatouages partout.

Lorsque quelqu’un le croisait, la personne préférait changer de trottoir car un simple regard pouvait déclencher une bagarre.

D’ailleurs c’est sur un trottoir qu’il est mort comme ça ! crise cardiaque !

Mais après tout c’est mieux qu’une vilaine maladie que je me dis.

Pourtant si on connaissait bien tonton il avait un grand coeur sauf qu’il ne savait pas s’en servir.

Il avait des yeux bleus mais d’un bleus si profond que lorsqu’il me parlait avec une voix douce, j’avais l’impression qu’il entrait dans moi.

Sacré tonton il en imposait tout de même et avec tonton on en riaient car nous on savait que l’apparence physique peut être trompeuse.

Il faut dire dire que tonton avait arrêté de boire et il tenait bien le coup il buvait juste le jour de l’an un peu de champagne pour fêter son abstinence !!!

Cela avait était dur pour lui !

mais il s’en était sortit et les bagarres c’étaient du passé.

Enfin c’était du passé pour lui ! oublié ! tout ceux qu’il avait envoyé à l’hôpital.

 J’ai 53 ans.

Je sens un vent glacé et doux à la fois, je regarde les astres briller en rangées …En tourbillons ….

A présent j’ai envie rire

rire à faire fondre le soleil

au lieu de pleurer à faire rire

rire avec l’amour

rire avec la vie

rire avec le jour

rire de confondre hier et demain.

Pour la joie d’une journée avec pleins de soleil aux fenêtres le soir et un peu de chaleur à mettre dans espoir.

Ho ! Asclépios

Que vois tu de la haut ?

Quelque part entre le sol et les cieux.

Que vois tu au moment où je respire ?

 * Asclépios est dans l’épopée homérique un héros thessalien puis, à l’époque classique, le dieu de la médecine. Fils d’Apollon, il meurt foudroyé par Zeus pour avoir ressuscité les morts, avant d’être placé dans le ciel sous la forme de la constellation du Serpentaire.

Son attribut principal est le caducée, un bâton autour duquel s’enroule un serpent, aujourd’hui le symbole de la médecine.

Il est l’ancêtre mythique des Asclépiades, une dynastie de médecins exerçant à Cos et Cnide, dont Hippocrate est le plus illustre membre.

De l’aube au crépuscule
Mes quatre vies.

http://une-vie-entre-parentheses.over-blog.fr/ext/http://monsite.orange.fr/avec-nous/page7.html

Lina.

Publié dans Témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article